3 mois en Martinique

28 janvier au 27 avril 2021

La traversée est derrière nous. Il y avait quelques chose de rassurant dans cette routine crée au fils des jours. Un quotidien simple et fragile à la fois. Nous atterrissons au Marin, en Martinique, et sommes à la fois heureux et fatigués par ces moments passés en mer.

Vidéo de notre arrivée filmé par Vanamo ⛵️

Puisque nous venons de passer deux semaines isolés sur l’eau, aucune quarantaine n’est exigée lors de nos procédures d’entrée.

Le soir même, les équipages fraîchement débarqués de Manawa, MokaV, Vanamo et Vahana se retrouvent au restaurant MangoBay pour célébrer nos traversées. L’ambiance est à la fête! Une satisfaction pour tous d’être arrivés à bon port après cette traversée. Un sentiment de fierté et d’accomplissement.

Les jours suivants seront ponctués du départ des équipiers de chacun des bateaux. On se retrouve donc souvent au restaurant pour souligner leur départ successif. Au revoir Francesca , au revoir Jean, les équipiers de Manawa avec qui nous avons visité le Cap Vert.

Daniel, notre équipier, se pressera de retourner au Québec pour éviter les nouvelles mesures annoncées de quarantaine à l’hôtel. Nous avons beaucoup apprécié sa présence parmi nous. Ce fut une expérience de partage vraiment agréable. Les soirées de vaisselle des boys à la lampe frontale sont terminées, mais on continuera de penser à lui quand même 😉. Daniel est embarqué à bord de Vahana sans nous connaître et sans avoir déjà fait de la voile mais avec le rêve de traverser l’océan. Il avait la motivation et la volonté de s’impliquer dans la vie à bord et dans les manœuvres. Il repartira de Vahana en tant qu’ami. Il a su bien prendre sa place à bord et il manquera à toute la famille.

Daniel, peu avant son départ.

En Martinique, nous goûterons et apprécierons les accras de poissons et de légumes. Ce sont des petites bouchées enrobées dans une pâte frite. C’est très gras mais oh combien délicieux! 😉 On n’a qu’à faire la petite randonnée du Calvaire pour compenser ces calories de trop. Une petite randonnée bien sympathique où nous croisons beaucoup de petits lézards.

Vue du Calvaire

Question gastronomie, nous goûterons aussi le poulet Colombo. Nous ferons la découverte des papayes vertes à cuisiner en salade, des caïmites ou pommes de lait qui s’apparentent en goût et en texture aux litchis, des prunes de cythère, un peu surettes et surtout des piments végétariens ( je sais, le piment est végétarien en soi, mais c’est ainsi qu’on nomme cette variété) qu’on cuisinera abondamment. C’est un piment qui n’est pas piquant mais qui est très relevé en saveurs. On en ajoute dans nos sandwichs, sur nos pizzas, dans nos omelettes, bref, à toutes les sauces. Le choix des produits en épicerie est un peu plus limité mais se rapproche néanmoins de l’offre de la France avec un peu moins de variétés et certains prix un peu plus élevés. L’épicerie la plus complète sera le Leclerc à Fort de France qui est accessible en autobus ou en voiture. Sinon, nous nous contentons d’un petit Auchan, de LeaderPrice (un peu douteux…) et de petits marchés locaux.

Charlotte développe une belle complicité avec Vanessa de Vanamo. Puisque Vanessa est finlandaise, toutes deux doivent s’exprimer en anglais pour communiquer. Elle progressera rapidement. C’est fascinant de l’observer prendre confiance en elle pour discuter avec son amie en anglais.

Le 14 février, jour de la Saint-Valentin, les finlandais célèbrent l’amitié. Nous serons donc conviés sur Vanamo avec nos amis Manawa pour célébrer cette journée avec eux.

Nous ferons aussi le rencontre de d’autres équipages québécois avec qui nous passerons de bons moments.; Total Freedom, Darwin Sound et Gros Loup.

On passera beaucoup de temps avec Total Freedom, un équipage avec lequel nous nous lierons rapidement d’amitié.

Merci a Total Freedom pour la photo ⛵️

Après avoir refait le plein d’énergie et de victuailles, nous décidons de remonter la côte ouest de la Martinique. Un de nos premiers arrêts fut celui de l’Anse d’Arlet. ❤️ Coup de cœur pour ce lieu magnifique où les fonds marins nous permettent une première expérience de nage avec les tortues et plusieurs poissons colorés. Des moments magiques où le temps s’arrête pour profiter de l’environnement qui nous entoure.

On fera aussi une charmante petite balade à Morne Champagne.

Notre prochaine destination sera Fort-de-France, la capitale de la Martinique. Nous y visiterons la superbe bibliothèque de Schoelcher. Il fallait voir le bonheur dans les yeux des enfants de déambuler dans les allées de livres jeunesse, en français s’il vous plaît!!!

On profitera beaucoup du transport en commun pour nous déplacer en ville. Au programme; épicerie, Décathlon, encore une épicerie et pourquoi pas, …on retourne aussi au Décathlon 😉

On remarque que les Martiniquais semblent cependant un peu rebelles par rapport aux mesures Covid. Plusieurs ne portent pas le masque dans les transports en commun. Ils organisent aussi des événements en grand groupe sans distanciation sociale. On se doit donc d’être plus vigilants sachant qu’eux le sont moins 😉

Nous aurons le bonheur de visiter la cascade Didier. S’y rendre est une expédition en soi, mais quelle belle récompense à l’arrivée!!! Le paysage est à couper le souffle! Malheureusement, François s’est blessé le pied en glissant sur des roches pendant le trajet du retour. Il aura de la difficulté à marcher pendant quelques semaines. Ça met donc en veille nos projets de cours de kite et/ou de wing foil. De toute façon, il semblait compliqué, compte tenu de l’âge et du poids de nos enfants, de les intégrer à ces activités. On devra aussi renoncer à la montée du Mont Pelé qui est assez exigeante. On trouvera bien d’autres façons d’explorer la Martinique et de nous amuser 😉.

Petite remontée au nord où nous visiterons Saint-Pierre. Une ville chargée d’histoire. L’éruption du volcan de la montagne Pelée a créé beaucoup de dégâts et a anéanti plusieurs vies humaines (près de 30 000 morts) le 8 mai 1902. Nous y visiterons les vestiges de l’église, de l’opéra et de la prison. Un drame qui aurait possiblement pu être évité avec un peu plus de vigilance, car il y avait eu des signes quelques jours précédant la tragédie et une évacuation préventive aurait fait toute la différence.

Nous serons bien heureux de retrouver nos amis de Niue eux aussi rendus en Martinique. Nous irons visiter la distillerie De Paz en leur compagnie. Nous cueillerons des mangues, des pommes de lait et nous nous amusons dans les tiges des arbres caoutchouc. La distillerie est située sur un superbe terrain et les bâtiments y sont très bien entretenus. Il y a beaucoup d’affiches explicatives qui accompagnent les différentes étapes de la fabrication du rhum. Des gens qui travaillent sur place nous fournissent aussi diverses explications. Superbe journée remplie d’apprentissages et de plaisir.

C’est aussi à partir de Saint-Pierre que nous louerons une voiture en compagnie de nos amis Total Freedom pour aller explorer le versant est de l’île. Nous découvrons de nouveaux paysages avec une végétation beaucoup plus luxuriante au nord de l’île. On ira se balader au Tombolo de Sainte-Marie où il y a une langue de sable qui relie un îlot à l’île principale lors des marées basses et nous ferons un pique-nique près de Caravelle. Une autre journée fort agréable.

Adrien et Marie-Pier de Gros Loup nous invite à bord de leur voilier pour remonter jusqu’à l’anse Couleuvre. Nous irons visiter la cascade Couleuvre. Dès notre arrivée au mouillage, le décor est splendide. Cette cascade est très différente de la cascade Didier. Elle est beaucoup plus haute mais il n’y a pas de grands bassins pour se baigner à ses pieds. La route pour s’y rendre est beaucoup plus facile d’accès. Un beau décor spectaculaire.

Deux statues sous marines Maman d’lo se trouvent au mouillage de Saint-Pierre, tout près du voilier de Total Freedom. Un peu plus au sud, une épave d’avion gît au fond de l’eau. On ira explorer ces endroits en famille.

Il faut être vigilant car parfois le courant peut être puissant dans le nord du mouillage de Saint-Pierre. En ramassant des vêtements à sécher sur les filières, j’ai échappé un morceau accidentellement. J’ai immédiatement sauté à l’eau pour le ramasser. Cependant, le courant m’éloignait rapidement du bateau et je n’arrivais pas à combler l’écart. Je suis pourtant une bonne nageuse mais j’ai du demander à François de venir me chercher en paddle board.

Le lendemain midi, je remarque un nageur assez loin de notre catamaran. Nous sommes attablés et il nous fait de grands signes en se tenant sur une bouée de pêcheurs. On comprend vite qu’il est en détresse. François part à sa rescousse en annexe. Le nageur avait quitté la plage pour aller explorer les fonds marins et, malgré ses palmes, il ne parvenait plus à retourner au bord. Il était rouge tomate et très reconnaissant du sauvetage improvisé.

François est rendu un spécialiste des sauvetages. Le lendemain, un vieil homme un peu déboussolé n’est plus capable de démarrer le moteur de son bateau et il dérive. Avec notre dinghy, François ira porter le bateau sur une boule de mouillage pour le sécuriser.

Sauvetage du trimaran

Et comme on ne s’ennuie pas ici, le lendemain, un trimaran s’est mystérieusement détaché de sa boule de mouillage et dérive au large. Personne n’est à bord et si on ne réagit pas, il sera vite emporté au large. On appelle du renfort et c’est en équipe que nous réussirons à ramener le trimaran de bonnes dimensions sur une nouvelle boule qu’on espère sécuritaire. Décidément…

On redescend ensuite encore à Fort de France pour les facilités d’approvisionnement et pour récupérer notre MacBook qui a été laissé en réparation ici. Nous profiterons du grand parc pour faire un après midi cerf-volant avec les enfants. Moment en toute simplicité mais fort agréable.

C’est ici que nous aurons la chance de croiser Michèle et Manu sur Martin. Michèle est une enseignante à la retraite. Une passionnée! Elle a enseigné plusieurs années en Martinique et c’est aussi une navigatrice. Elle s’implique beaucoup auprès des enfants de navigateurs et a créé un groupe qui se nomme les Colibris Voyageurs. C’est une sorte de plateforme de réseautage pour les enfants navigateurs et quelques uns de ces anciens élèves martiniquais. Michèle propose différentes activités pédagogiques et sociales pour les enfants et elle est d’une très grande générosité. La rencontrer a été pour nous un privilège et Charlotte et Jacob sont maintenant inscrits au groupe des Colibris.

Niue nous fera ensuite découvrir l’île Petit Îlet que nous surnommerons affectueusement l’île aux poules. Nous sommes allés y pique-niquer avec Eliane, Patrice, Naël et Camille. Les poules et poussins étaient très nombreux sur cette petite île inhabitée. Ils picoreront avec entrain nos restes de table.

Nous y retournerons en compagnie de Total Freedom pour aller explorer la mangrove de la Rivière Salée. L’ambiance nous laisse ambivalents. Le lieu est à la fois très beau, très calme et paisible mais aussi très questionnant. On retrouve plusieurs déchets tels que des pneus, des bouteilles de plastique qui jonchent la bordure de la mangrove. Nous y croisons aussi plusieurs poissons morts. Nous n’en connaissons pas la raison mais soupçonnons la qualité de l’eau.

Nous aurions souhaité faire une formation de plongée sous-marine. Cependant, Charlotte et Jacob sont trop jeunes pour être admis dans les cours. On choisi donc plutôt une formation en apnée. On se dit que ça nécessite peu d’équipement et que, même si nous avons une certaine aisance dans l’eau, on obtiendra sûrement des conseils pour améliorer nos façons de faire.

Nous contactons donc Frank de ApnéeMotion à l’Anse Mitan. Il aura la flexibilité d’organiser une formation familiale avec une première journée d’initiation en compagnie de Total Freedom et deux journées supplémentaires pour François et moi afin d’obtenir notre certification Aida 2. Nous ne regretterons aucunement cette formation qui nous aura permis de nous dépasser et de comprendre le fonctionnement de notre respiration. Les résultats sont surprenants! Les enfants réussissent à descendre à 10M sous l’eau (environ 30 pieds) tandis que François et moi descendrons jusqu’à 16M (environ 50 pieds). J’aurai besoin d’une demi-journée supplémentaire pour atteindre tous les objectifs de la certification, mais nous en sommes tous sortis grandis et confiants.

Un beau dépassement de soi. De plus, c’est toujours pratique de pouvoir aller récupérer des objets au fond de l’eau ( On a beau faire attention, notre maison est entourée d’eau, donc, il arrive de petits accidents,,,) ou d’avoir la possibilité de dégager un fil autour d’un hélice ou de décoincer une ancre qui serait en mauvaise posture. Bref, nous avons joint l’utile à l’agréable avec cette formation de 3 jours.

C’est bientôt Pâques et ça sent le printemps. On organisera un brunch cabane à sucre à bord de Vahana en compagnie de Total Freedom. Au menu; gaufres, muffins aux œufs, jambon, salade de fruits, beignets aux pommes, patates rissolées, pet de sœurs et même du beurre d’érable. WoW!!! On se régale!!!

Stéphanie de Total Freedom aura aussi la gentillesse d’inviter Charlotte à bord pour une journée de confection de bijoux. Le bonheur pour notre cocotte qui aime tellement ça!!!

On fera aussi un atelier de fabrication de savons à bord de Vahana grâce à Stéphanie qui me partagera son savoir-faire. La balance est un peu fofolle car la stabilité sur l’eau est précaire. Le résultat sera malgré tout assez satisfaisant 😊

Nous retournerons à Sainte-Anne. Ici le vent est constant, toujours présent et soutenu. Les enfants ne peuvent donc pas trop s’éloigner du bateau lors des baignades. Nous irons nous balader aux Salines en compagnie de Total Freedom et de Darwin Sound. Une belle petite randonnée familiale où nous croiserons beaucoup de crabes sur le chemin. Les enfants s’amusent avec les bodyboard tandis que les parents jouent aux quilles finlandaises. Défaite cinglante pour tous lors de la dernière partie qui s’est terminée à zéro point pour l’ensemble des participants au bout d’une heure de jeu. Difficile de faire pire 😂

Petit moment magique sons et lumières. Le voilier ancré derrière nous est équipé de table de montage. Un DJ live mixe pendant un splendide coucher de soleil.

En résumé, ces trois mois en Martinique nous aurons permis de voyager à un rythme plus lent. Le Covid nous y aura fait séjourner plus longtemps que si nous aurions eu la liberté de mouvements habituelle. Nous en aurons profité afin de prendre du temps pour nous, pour relaxer et explorer en famille et entre amis. Nous y aurons aussi fait de très belles rencontres et aurons visité des endroits magnifiques. Beaucoup de belles soirées bien arrosées. Parfois des jeux de cartes ou des guitares, mais toujours des moments précieux en bonne compagnie. Nous organiserons aussi, avec Total Freedom, des soirées ciné-parc à bord de Vahana avec le visionnement de La sagesse de la pieuvre et Le grand bleu. De beaux moments!

Bref, la Martinique a beaucoup à offrir. Nous aurions souhaité y louer à nouveau une voiture quelques jours lors de notre dernière semaine afin de retourner visiter la côte est, visiter d’autres distilleries et faire quelques randonnées supplémentaires comme le sentier des Esclaves, le mont Pelé, etc. Cependant, les mesures Covid imposent de nouvelles mesures nous empêchant de nous éloigner à plus de 10km de notre bateau. Les restaurants et certains commerces doivent fermer. Il en est de même pour le zoo et les jardins de Batala, aussi fermés en raison du Covid.

Nos assurances nous demandent d’être positionné plus au sud dès le 1er juin. Ça nous laisse donc peu de temps pour aller explorer les îles à proximité situées au nord et les options sont plutôt limitées vu la situation actuelle. La Guadeloupe est fermée et peu d’options dont envisageables. La Martinique a la générosité de nous offrir les test Covid gratuitement avant notre départ, ce qui est très apprécié. Notre prochaine destination sera la Grenade puisque Saint-Vincent est au prise avec une éruption volcanique.

Le voyage est fait de belles rencontres cependant éphémères. C’est ici que nous devrons nous séparer de nos amis de Manawa, de Vanamo, de Niue, de MokaV. Nous garderons de très bons souvenirs des nombreux moments passés en leur compagnie. On espère croire que ce n’est qu’un au revoir. L’avenir nous le dira.

Transatlantique

Résumé jour 1 à 4

Position au 18-01-2021 à 1200 UTC
16’08’24,4”N 32’23’21,5”W
Distance totale parcourue a 1200: 437MN/1850(Départ 15-01-2021 à 1130 UTC)

Vitesse moyenne de déplacement: 5,9K

Vitesse moyenne du vent:

Jour: 19,5K
Nuit: 19,5K

Vitesse surf max: 15,9 K

Etat de la mer: actuellement vagues longues 2m

Désolée pour le silence radio des premiers jours mais mon état ne me permettait pas d’écrire.

Derniers préparatifs avant le départ. Daniel est allé chercher les pains commandés à la boulangerie, dernier lavage de bateau et réception du fichier météo.

Nous quittons le port en matinée. On annonce environ 20-25k de vent avec des vagues de 2,2m.
Finalement, la première journée, nous aurons eu droit à une mer bien formée dans 3-4m de vagues courtes. C’est plutôt inconfortable. Et au souper, pour Lyne et les enfants, c’est le festival de la chaudière 😦
Les vents sont soutenus à plus de 35k avec des rafales a 44k.
Notre moussaillon Daniel aura vite compris la difficulté à garder son café dans sa tasse 😉 vu les mouvements saccadés du bateau.

Au deuxième jour, le vent baisse un peu mais la mer demeure bien formée avec des vents soutenus à plus de 30 noeuds.

À partir du troisième jour, le vent et la mer se stabilisent. Nous avons une bonne vitesse d’avancée malgré que nous sommes sous-voilé avec un ris dans la GV et le génois roulé à 50%. C’est une allure nous permettant de nous ralentir afin d’avancer au même rythme que Manawa.
Tout le monde à bord se porte bien même si Lyne souffre encore un peu du mal de mer. Ça s’atténue de jour en jour.

Chaque matin, il y a des poissons volants qui ont atterri sur le bateau durant la nuit. Il commence aussi à y avoir des regroupements de sargasses à la dérive. Déjà!!


Le ciel est un peu voilé, mais il fait beau et chaud.
François s’est improvisé professeur suppléant pour aujourd’hui. L’enseignante est en congé de maladie mais reprendra du service bientôt 😉

Résumé jour 5

Position au 19-01-2021 à 1200 UTC
15’52’37,7”N 034’47’17,9”W
Distance totale parcourue a 1200 UTC: 578,3/ 2150MN soit près du quart du trajet :)(Départ 15-01-2021 à 1130 UTC)

Vitesse moyenne de déplacement: 6K

Vitesse moyenne du vent: Jour: 21,3K
Nuit: 18,6K

Vitesse surf max: 16,3K

Etat de la mer: actuellement vagues longues 2m

Nous filons à bonne allure depuis le départ. Malgré un ris dans la GV et un génois enroulé à 50%, nous atteignons une bonne vitesse de croisière. La chaleur et l’humidité se font de plus en plus présentes. Nous prenons le rythme des quarts. Mon corps (Lyne) s’adapte à la mer et je vais mieux. Sinon, tout va bien:)

Résumé jour 6

Position au 20-01-2021 à 1215 UTC
15’40,345”N 037’14,524”W
Distance totale parcourue a 1215 UTC: 722,6/ 2150MN soit près du tiers du trajet :)(Départ 15-01-2021 à 1130 UTC)

Vitesse moyenne de déplacement: 6K

Vitesse moyenne du vent: Jour: 19,2K
Nuit: 18,6K

Vitesse surf max: 16,3K

Etat de la mer: actuellement vagues longues 2m

Tout va bien, les vents ont baissé un peu. Nous devons faire fonctionner le dessalinateur car nos réserves d’eau baissent. Notre consommation d’eau demeure à environ 30l/jour pour l’ensemble de l’équipage. En refaisant de l’eau une fois de plus, nous devrions avoir tout ce qu’il nous faut jusqu’à l’arrivée.

Le ciel est plutôt couvert mais la chaleur a considérablement augmenté aujourd’hui. La mer s’est légèrement aplatie. Hier, nous avons tenté de pêcher mais il y avait trop de sargasses.
Nous jouons à Uno, Scrabble et autres jeux et faisons l’école. Les enfants dorment dehors toutes les nuits, ils s’y sentent plus confortables et il y a toujours un adulte qui y veille 🙂

Résumé jour 7


Position au 22-01-2021 à 1200UTC
15’21,298”N 041,56,043”W
Distance totale parcourue a 1200UTC: 999,8/ 2150MN soit près de la moitié du trajet :)(Départ 15-01-2021 à 1130 UTC)

Vitesse moyenne de déplacement: 5,9K

Vitesse moyenne du vent: Jour: 16,5K
Nuit: 19,1K

Etat de la mer: actuellement vagues croisées 1- 2m

Tout va bien à bord. Nous avons quitté Mindelo il y a exactement une semaine et à ce rythme, cette nuit nous aurons parcouru la moitié du trajet.

Manawa a réussi à pêcher un Mahi-Mahi. De notre côté, toujours aucune prise.
Depuis 3 jours, la chaleur est suffisamment bien installée pour qu’on prenne notre douche à l’extérieur sur la plage arrière. De cette manière, ça génère moins d’humidité à bord et en plus c’est agréable de se doucher en plein-air. Aussi, plus besoin de vider la douche qui contient beaucoup de surplus de réserves de nourriture.

Côté gestion de la nourriture: L’Alchimiste, une famille québécoise ayant traversé en catamaran l’an passé nous a donné plusieurs conseils pour la nourriture. Tout d’abord, nous avons fait un très bon approvisionnement en produits secs aux Canaries. Ceci en vue de la traversée mais aussi pour les Caraïbes. Certains produits sont difficiles d’accès par la suite et seront aussi beaucoup plus dispendieux.

Nous avons donc fait le plein en riz, pâtes, gruau d’avoine, couscous, farine, sucre, etc. Aussi en tomates broyées, maïs et petits pois en conserve, etc.
Nous avons aussi acheté une grosse meule de gouda protégée par une pellicule de cire. Une fois que nous l’aurons entamée, nous couperons des quartiers que nous emballerons sous vide.

En Europe, plusieurs produits ne sont pas réfrigérés. Les œufs, le lait et la crème en carton et même certains yogourts. Cela nous permet de minimiser la place prise par ses aliments au frigo.
Jusqu’à présent, nous avons malheureusement gaspillé quelques pains, une courgette et quelques oignons qui n’étaient plus bons.
Nous avons 1 petit frigo et 2 petits congélateurs à bord. Dès que de l’espace se libère au frigo, nous en profitons pour y réintégrer des aliments qui étaient temporairement tempérés faute de place comme des poivrons, des fruits, etc.
Nous n’avons plus de micro-ondes (On s’en est débarrassé au Portugal car c’était lourd, ça prenait beaucoup de place et il servait très peu.), il faut donc anticiper les repas pour la décongélation.
Nous avions déjà plusieurs repas de cuisinés d’avance qui avaient été congelés et mis sous vide. Cela nous permet de maintenir un apport en produits vitaminés malgré que le frais diminue graduellement. Ainsi, nous mangeons de façon relativement équilibrée.
Nous avons adoré le Cachupa, un plat traditionnel du Cap Vert. C’est un mijoté de pois chiches, maïs, haricots avec du chou, des patates et un bouillon savoureux. Nous en avons un repas de réfrigéré et un de congelé. Un délicieux repas typique rempli de saveurs et de beaux souvenirs du Cap Vert.

Résumé jour 8

Position au 23-01-2021 à 1226UTC
15’01,562”N 044,14,56,951”W
Distance totale parcourue a 1226UTC:1139/ 2150MN(Départ 15-01-2021 à 1130 UTC)

Vitesse moyenne de déplacement: 5,9K

Vitesse moyenne du vent: Jour: 15,7K
Nuit: 14,1K

Etat de la mer: actuellement vagues longues 1m

Résumé jour 9 et 10

Tout va toujours bien à bord. Les routages météo prévoient une arrivée le 30-01-2021 en soirée.
Même si nous avons un pilote automatique, la conduite du bateau doit être supervisée à tout moment du jour et de la nuit.
Au début, nous faisions des quarts de 3 heures en rotation. Nous avons modifié la formule. Nous maintenons les 3 heures. Cependant, Daniel fait les quarts 20:00-23:00 et 05:00-08:00. François et Lyne alternent les quarts 23:00-02:00/ 08:00+ et 02:00-05:00.
Pendant notre quart, on doit s’assurer qu’il n’y a pas de bateaux dangereux ( jusqu’à présent, à part Manawa avec qui on navigue, on ne croise pas grand monde!), que le pilote tient bien son cap, que le vent ne change pas d’allure, sinon il faut apporter des ajustements. On est aussi attentifs aux différents bruits.
Il faut donc avoir un œil sur le bateau, mais on peut aussi faire autre chose en même temps que la surveillance. Parfois, on fait de la lecture, de l’écriture. On écoute de la musique ou on regarde des séries/films téléchargés sur Netflix. On peut aussi jouer à des jeux électroniques comme Scrabble. Sinon, on peut juste profiter du moment et relaxer en regardant la lune qui se reflète sur l’eau et les étoiles. 🙂 Si on est très fatigué pendant notre quart, on se met des alarmes aux 15 minutes juste au cas où notre contemplation se transformerait en sommeil 😉
Comme nous nous dirigeons constamment vers l’Ouest, il faut régulariser l’heure. Nous avons reculé d’une heure ce matin et nous sommes maintenant sur le fuseau UTC -2, ce qui correspond à 3 heures de plus qu’au Québec. Lors de notre arrivée en Martinique, nous aurons seulement une heure de décalage avec le Québec.
À plus

Position au 25-01-2021 à 1308UTC
14’51,701”N 048’47,623”W
Distance totale parcourue a 1308UTC:1406/2150MN(Départ 15-01-2021 à 1130 UTC)

Vitesse moyenne de déplacement: 5,8KVitesse moyenne du vent: Jour: 14,4K
Nuit: 11,5K

Etat de la mer: actuellement vagues longues 1m

Le vent a diminué depuis quelques jours. Nous utilisons donc davantage notre gennaker qui est une plus grande voile appropriée pour un vent plus faible.
Plus le vent est faible, plus nous avons la possibilité de mettre une plus grande surface de voile. De cette façon, nous maintenons une vitesse de déplacement satisfaisante.

Actuellement, nous pourrions combiner le gennaker à la GV ou au génois. Nous avons même testé la combinaison des 3 voiles réunies en mettant la GV et le génois dans le sens opposé du vent et le gennaker à contre. De façon surprenante, cette combinaison performait bien.
Cependant, puisque nous voyageons avec Manawa, de leur côté, leur plus grande voile ( un parasailor) ne peut pas être combinée à d’autres voiles. Il faut donc se limiter à leur vitesse maximum. Leur parasailor avance grossomodo à la vitesse de notre gennaker.
Habituellement, nous maintenons avec Manawa une distance d’environ 3 à 6 MN. On communique régulièrement avec eux par VHF et parfois via l’iridium. On a souvent un visuel sur leur bateau, mais assez au loin. Cependant, selon la distance, la hauteur des vagues, l’humidité de l’air, il arrive souvent qu’il soit près sans qu’on les voit autrement que sur notre système de positionnement AIS.

Hier, nous avons improvisé une rencontre en plein milieu de l’océan où les deux catamarans se sont rapprochés à quelques mètres l’un de l’autre. Au début, on se faisait des saluts au loin. On était contents de se revoir après plusieurs jours en mer. Nous avons passé près d’une heure côte à côte au cœur de l’Atlantique à se jaser d’un bateau à l’autre. Beau moment.
À plus

Résumé jour 11


Position au 26-01-2021 à 1159UTC
14’49,471”N 050’59,770”W
Distance totale parcourue a 1159UTC:1533/2150MN(Départ 15-01-2021 à 1130 UTC)

Vitesse moyenne de déplacement: 5,8K

Vitesse moyenne du vent: Jour: 19K
Nuit: 18K

Etat de la mer: actuellement vagues 2m


Nous n’avons pas eu de pluie depuis notre départ. Cependant, la couverture nuageuse est importante. Pendant la journée, il y a généralement un dégagement de quelques heures vers le dîner. Cependant, dès la fin de journée jusqu’au matin, le ciel est très nuageux.
Vahana est équipé de 1275 watt de panneaux solaires qui permettent de bien recharger 600A de batterie au lithium.
Lorsque nous sommes en petite navigation côtière ou en mouillage, ce parc énergétique correspond très bien à nos besoins. Cependant, en grande traversée, les équipements de navigation, comme le pilote automatique et la cartographie électronique, consomment beaucoup d’énergie 24 heures sur 24. Comme les heures de soleil sont réduites, notre consommation doit être modérée. Aussi, l’ajout du deuxième congélateur combiné à la température extérieure qui se réchauffe de jour en jour augmente la demande.
Habituellement, nous cuisinons principalement à l’électricité: induction et instatpot. Pour la traversée, nous privilégions la cuisson au gaz pour ménager notre électricité.
Nous prenons soin de fermer les lumières. Daniel et François font souvent la vaisselle le soir à la lampe frontale. Nous privilégions aussi la recharge de nos appareils électroniques (IPhone, IPad) le jour lorsque le soleil recharge au maximum.
Notre dessalinateur nous permet de transformer 140l/h. Son utilisation est très énergivore.
Heureusement , nous avons une capacité de 2x300l d’eau, donc on n’a pas besoin de faire fonctionner le dessalinateur souvent pendant notre passage.
À plus,

Résumé jour 12 et 13


Position au 28-01-2021 à 1158UTC
14’41,339”N 055’53, 738”W
Distance totale parcourue a 1158UTC:1823/2150MN(Départ 15-01-2021 à 1130 UTC)

Vitesse moyenne de déplacement: 5,8K

Vitesse moyenne du vent: Jour: 17,5K
Nuit: 19K

Etat de la mer: mer bien formée 2m+

La pleine lune nous éclaire et accompagne nos dernières nuits. Si tout se déroule bien, on devrait voir la terre demain et arriver en Martinique samedi, soit dans environ 48 heures.
Nous déjeunons avec de bons muffins maison aux pommes et un délicieux cappuccino. Une famille de dauphins viendra nous saluer pendant quelques minutes.


Le soleil est au rdv depuis hier et ça fait une grosse différence sur le chargement des batteries.
Manawa a subi une déchirure sur leur parasailor. Ils ont fait une réparation temporaire.
Nous avons pris une autre heure décalage ce matin. Nous avons maintenant seulement deux heures de décalage avec le Québec. Nous prendrons la dernière heure lors de notre arrivée.
Sinon, tout va bien à bord. À bientôt!

Résumé jour 14

Position au 29-01-2021 à 1158UTC
14’29,147”N 058’02,202”W
Distance totale parcourue a 1158UTC:1950/2150MN(Départ 15-01-2021 à 1130 UTC)

Vitesse moyenne de déplacement: 5,8K

Vitesse moyenne du vent: Jour: 12,7K
Nuit: 11K

Etat de la mer: vagues longues 1m

Nous ne voyons pas encore la terre. Elle sera perceptible demain matin. On a cependant croisé un tanker, vu un avion et on remarque plus d’oiseaux qu’à l’habitude. Ce sont des signes qu’on se rapproche des côtes.
Le vent a beaucoup baissé cette nuit. On avance lentement mais sûrement. L’heure d’arrivée est repoussée en soirée…
Je souhaitais cuisiner des muffins et des biscuits mais je manquais de beurre. Comme l’épicerie n’est pas très accessible 😉 Charlotte a proposé de fouetter de la crème en beurre. Nous n’avons pas réussi à transformer la crème en beurre mais avons quand même utilisé cette crème épaissie à la place du beurre et ça a bien fonctionné!
Cette nuit sera notre dernière nuit de traversée en mer.
Nous avons eu, pour la première fois depuis notre départ, un tout petit peu de pluie ce matin.
À bientôt

Résumé jour 15

Position au 30-01-2021 à 1158UTC
14’23,512”N 060’15,996”W
Distance totale parcourue a 1158UTC:2082/2150MN(Départ 15-01-2021 à 1130 UTC)

Vitesse moyenne de déplacement: 5,8K

Vitesse moyenne du vent: Jour: 15,7K
Nuit: 18KEtat de la mer: vagues longues 1m

Moka qui se joint à notre sillage pour l’arrivée en Martinique

Deux belles surprises ce matin. Comme on s’y attendait, on voit la terre. Eureka!
Aussi, nos amis Moka, avec qui nous avions visité Gran Canaria, ont quitté les Canaries il y a 21 jours et sont directement sur notre route. Nous serons donc 3 bateaux pour l’arrivée 🙂


Nous gonflons les paddles board en vue de notre arrivée. Ensuite, puisque Manawa est loin derrière et que nous souhaitons les attendre pour l’arrivée, on décide d’affaler toutes les voiles et de sauter à l’eau. Une petite baignade dans l’Atlantique. Malgré les voiles affalées, Vahana avance à 3,5K. On s’attache donc avant de sauter à l’eau 😉

On entend souvent que la voile est le moyen le plus long et le plus cher pour se déplacer du point A au point B. C’est possiblement vrai. C’est cependant un tel privilège d’avoir une maison flottante et de pouvoir se déplacer avec elle d’un endroit à un autre! L’anticipation, l’attente, la hâte, l’excitation!

Dans ce monde où l’instantanéité est maître, où les désirs peuvent être satisfaits en un clic, où tout va vite, nous avons choisi de faire les choses différemment. De nous faire le cadeau du temps. Le temps que nous passons avec nos enfants. Avec ses hauts et ses bas. Le temps de voyager, de s’émerveiller, de découvrir, de traverser un océan à la voile.
Beaucoup de préparatifs; des sacs d’abandon, un radeau de survie, des moyens de communication d’urgence, une pharmacie de bord, des pièces de rechange au cas où…On espère le mieux mais on doit anticiper le pire, justement pour l’éviter.
Nous ne pouvons que nous sentir petit au milieu de l’immensité de l’océan. Nous ne pouvons que nous incliner face à la force des éléments naturels lorsqu’ils se déchaînent. Et nous ne pouvons que nous émerveiller devant tant de beauté: En toute simplicité, qu’on soit là ou pas pour y assister, jour après jour, la nature offre un merveilleux spectacle en continu. Les poissons volants, les dauphins, les couchers de soleil, le ciel étoilé et la lune qui se reflète sur l’eau. Merci.
Pendant ces 15 jours, la vie aura ralentie. Nous aurons vécu au rythme des vagues et du vent. Au rythme d’une vie en toute simplicité.
On ne sait pas ce que les enfants retireront de tout ça. On espère que l’expérience du voyage en général les fera grandir, que des moments comme cette traversée les aideront à se recentrer plus tard dans la vie. Qui sait?
Traverser un océan peut sembler loufoque ou grandiose. Peu importe, ça se fait un souffle à la fois. Pour nous, ce n’était pas le but du voyage, c’était une étape pour pouvoir le continuer. Pour profiter de cette chance de voyager avec Vahana.

Ca y est! On est arrivé en Martinique à 18h00. Nous avons mis l’ancre à la marina du Marin et ferons les formalités douanières demain matin.
Nous n’avons pas encore de carte réseau pour internet. Dès qu’on en a une on vous recontacte. 🙂