Prêts, pas prêts, on y va!

La Rochelle – 3 décembre 2019

Les travaux avancent à petits pas et le froid est bien installé à La Rochelle. Une courte fenêtre météo se présente à nous et nous offre la possibilité de quitter maintenant, question de ne pas passer Noēl ici. À La Rochelle, les dépressions s’enchaînent rapidement les unes après les autres. Les bonnes fenêtres météo étant peu nombreuses à cette période de l’année, nous choisissons de saisir l’opportunité et poursuivrons, avec l’accord de notre vendeur Lagoon, les travaux restants plus au sud. De toute manière, il fait trop froid pour envisager faire faire les réparations de gelcoat avant le printemps. La décision est donc prise, nous partirons dans 2 jours.

Nous avons choisi d’engager un skipper, Anthony, qui nous accompagnera pendant cette traversée. Comme nous n’avons encore jamais hissé les voiles de Vahana et que le Golfe de Gascogne a la réputation d’être capricieux et difficile en cette période, nous voulons mettre le plus de chance de notre côté pour que cette première expérience soit sécuritaire et positive pour toute la famille. Nous ne regretterons pas du tout cette décision, qui nous aura permis d’apprivoiser graduellement la navigation sur notre nouveau catamaran et qui nous aura fait soufflé, surtout les premiers jours et les premières nuits, avec la gestion familiale du mal de mer.

Jour 1, mardi le 3 décembre 2019

Nous devons faire quelques ronds dans l’eau aujourd’hui, tout en préparant notre départ pour demain. Il reste à faire une épicerie, à faire un bon ménage et du rangement dans le bateau, à enregistrer les balises personnelles AIS, à réviser les procédures d’urgence, etc. Anthony, notre skipper, veut aussi faire un tour complet du bateau pour s’assurer de la sécurité des équipements . Nous resserrons quelques boulons, vérifions les moteurs et il fera aussi une inspection jusqu’à la tête du mât. 

Coup de théâtre, en arrivant au bateau le matin, Anthony me dit: T’as pas eu mon texto? J’ai revérifié la météo, et il faudrait partir aujourd’hui. Quoi!!? Eh bien! On se « revire sur un dix cent » et on active l’ensemble des préparatifs. Nous réussirons à quitter La Rochelle à 16h par un froid intense et avec des vents de 25 noeuds.

Dès les premières heures, Jacob ne se sent pas bien. Malgré la prise de médicaments contre le mal de mer, il sera le premier à nourrir les poissons. 

Le mouvement du catamaran est très différent de notre ancien voilier ( un voilier s’incline et fait ensuite un mouvement similaire à un cheval à bascule, le catamaran quand à lui, a plutôt un mouvement de machine à laver. Du moins, au début, c’est ce qu’on perçoit 🤪) Nous ne sommes pas encore amarinés. Ça fait bien 8 semaines que nous sommes sur Vahana, mais toujours à quai. Le froid et la noirceur qui s’installent rapidement ainsi que les vents, accompagnés des vagues et de la houle auront raison du reste de l’équipage. Le départ un peu précipité + le mauvais contrôle des 5F anti-mal de mer (Froid, faim, frousse, fatigue et « foif ») feront le reste. Citation de notre skipper qui nous affirme que le premier jour n’est pas le pire: « Le premier jour, tu penses que tu vas mourir, le deuxième jour, c’est pire car tu sais que tu ne vas pas mourir !», le 3e jour, tu te résignes à ta vie de mort-vivant et tu ressuscites au 4e jour.

Jour 2, le mercredi 4 décembre

La traversée est éprouvante pour toute la famille et le froid difficile à endurer. Il fait 2℃ et avec le vent, « ça caille » comme diraient les français. Nous sommes en mode survie et n’éprouvons aucun plaisir à la situation actuelle. Heureusement qu’Anthony est avec nous et qu’il assure le principal de la navigation. Nous avons peine à faire nos quarts et apprécions lorsqu’on entre à l’intérieur retrouver un peu de chaleur. Notre corps est en réaction et ça fait peine de voir les enfants comme ça. 

Après la première nuit de navigation, nous remarquons qu’un ragage répété à tribord a sectionné la gaine de l’écoute de grand voile que nous veillerons à remplacer arrivés à destination.

Beau moment de bonheur dans notre journée, nous croisons nos premiers dauphins. Tout le monde retrouve le sourire instantanément.

Nous avons aussi un nouveau passager, surnommé Louli, un petit oiseau blessé qui est venu se réfugier à bord pour prendre une pause. 

Nous naviguerons toute la journée avec des vents arrière de 17-20 noeuds, les voiles en ciseaux, bien retenues.

Jour 3, le jeudi 5 décembre

L’équipage commence à reprendre un peu de vigueur. Ce n’est pas encore parfait, mais on sent qu’on s’habitue aux mouvements du bateau. Nous sommes semi-fonctionnels, mais commençons à participer davantage aux manoeuvres. Le vent diminue, toujours un vent arrière. Une pensée pour Mamie à qui c’est la fête aujourd’hui.

Jour 4, le vendredi 6 décembre

Tout le monde va mieux, les enfants recommencent même à se chicaner, ce qui prouve qu’ils ont repris de la vigueur. Même Louli a repris son envol. Le Golfe de Gascogne est derrière nous et nous longeons maintenant la côte espagnole. Il faut avancer au moteur puisque le vent a beaucoup diminué. Malheureusement, comme il y a beaucoup de brouillard, on aperçoit difficilement la côte. La vie à bord reprend un rythme plus doux. Les enfants jouent avec leurs Légos et aux cartes. Ils écoutent quelques émissions Netflix téléchargées sur leur Ipad. Nous cuisinons avec plaisir et mangeons avec appétit. Nous aurons la chance de croiser plusieurs fois des dauphins, à notre plus grand bonheur. Nous poursuivons aussi nos apprentissages en navigation avec le cerveau plus réceptif. 

Jour 5, le samedi 7 décembre

Nous longeons maintenant la côte du Portugal. Nous aurions bien aimé faire un arrêt à Porto, une ville que nous souhaitions visiter, mais comme les vents sont favorables pour poursuivre vers le sud, nous maintenons notre cap direction Cascaïs. La mer est une mer d’huile, à peine quelques ridules en surface avec une belle houle allongée. Bien que nous devions encore entendre le bruit incessant des moteurs, la navigation est confortable et agréable. Ce matin, notre odorat nous confirme que nous approchons à nouveau de la terre ferme. Une odeur de vanille mélangée à des effluves de bois brûlé chatouille nos narines, c’est l’odeur de la terre ferme car nous approchons du littoral. Nous profitons de l’accalmie pour tous prendre une bonne douche chaude à bord, un pur bonheur après 5 jours complets de navigation. 

Jour 6, le dimanche 8 décembre

Nous naviguons toute la journée dans un épais brouillard. Pour la première fois, nous apprécions grandement notre radar qui permet de distinguer les nombreux bateaux de pêcheurs qui n’émettent pas leur signal sur l’AIS (système d’identification automatique qui permet leur positionnement). Il faut demeurer vigilants car il y a beaucoup de bouées de pêcheurs et nous les voyons au dernier moment. Nous arrivons à Cascais en fin de journée, un peu avant la noirceur.

Anthony restera avec nous encore 2 jours supplémentaires afin de nous faire pratiquer les manoeuvres d’approche de quai, le mouillage, les prises de ris, l’installation et l’utilisation du geneker. Il nous restera ensuite à pratiquer par nous-mêmes pour acquérir notre expérience.

Merci à Benoit Villeneuve pour ses trucs lors du cours de traversée de l’Atlantique. Bien que cette traversée n’était pas d’une aussi longue durée qu’une transatlantique, beaucoup de conseils ont été mis à profit comme un menu simple et des assiettes jetables pour les premiers jours où nous peinions à faire la vaisselle.

Nous avions acheté un super équipement de pêche chez Rêve de Pêche à La Rochelle.  Le propriétaire, Francis, a été de très bons conseils. Cependant, personne ne se sentait le coeur assez solide pour prendre et surtout apprêter un poisson durant la traversée. Nous en aurons donc plus donné à la mer que ce que nous aurons pris 😉

Note de la capitoune:

J’ai adoré faire des navigations de nuit. C’était une première expérience pour moi car au Lac Champlain, nous avions toujours la possibilité de nous ancrer rendus au soir. J’ai toujours été un oiseau de nuit. Malgré le bruit des moteurs, malgré la noirceur absolue de certaines nuits, le ciel parfois étoilé mais aussi parfois ténébreux, le bruit des vagues qui claquent sur la coque, je ressens un grand apaisement à naviguer sur Vahana dans la nuit noire. Lors des nuits plus mouvementées du début, les vagues et les mouvements du bateau semblent s’amplifier à la noirceur. Malgré cela, c’est un moment de la traversée que j’ai abordé sans aucune appréhension et que je trouve même très serein. C’est un moment où je me retrouve seule face à l’infiniment grand.

Note du capitaine : 

Durant un changement de quart de nuit, j’ai demandé à Lyne ce qu’elle faisait assise au poste de bar pendant toutes ces heures de veille. Et elle de me répondre: -Rien, je relaxe. -What!!!??? 😳,  tu dois vraiment être très tendue! Moi, au bout de 15 minutes, je suis en masse relaxe et je serais prêt à aller me recoucher aussitôt 🤣. 

Merci aux enfants d’avoir enduré ces premières journées avec brio. Nous les avions prévenus de la possibilité de souffrir du mal de mer, mais n’avions pas envisager que ce serait si éprouvant pour tous. 

Merci à Anthony pour sa gentillesse, sa grande écoute et sa transmission des savoirs. C’est un skipper professionnel et aussi un ancien formateur de moniteurs de voile. Nous avons été entre bonnes mains avec lui et avons eu beaucoup de plaisir en sa compagnie. Nous n’hésiterions pas à le recommander, si besoin.

Anecdote linguistique: Pour les Français, tantôt signifie cette après-midi, un moment bien précis dans la journée. Tandis que pour les Québécois, tantôt est employé pour désigner un passé ou un futur près. Exemple: J’ai fait ça tantôt ( il y a peu de temps) ou je te réveille tantôt  (dans peu de temps). Vous comprendrez la confusion générale lors de la gestion des quarts 🤣. Au début, Anthony était un peu décontenancé de nous entendre dire « tantôt » à qui mieux mieux. Dis donc, tantôt c’est quand??? Le passé ou le futur? Il s’est finalement surpris lui-même en discutant par téléphone avec un collègue à lui répondre avec un tantôt québécois du type on se reparle tantôt.

Finalement, merci à vous chers lecteurs de nous accompagner dans les lectures de nos récits, de nos aventures et de notre douce folie. 

Prochaine publication à venir: Cascais et Lisbonne – Portugal.

9 commentaires sur « Prêts, pas prêts, on y va! »

  1. Bonjour à toute la famille,
    Nous sommes heureux de votre départ! Vous resplendissez sur vos photos … vous avez l’air détendu (malgré les différentes difficultés). Nous vous souhaitons une très belle aventure!

    Clara, Karine et Charbel

    Provenance : Courrier pour Windows 10

    J'aime

  2. Super nouvelle malgré les péripéties. On vous souhaite tout le courage nécessaire pour cette aventure riche en émotions.
    Bon voyage et à bientôt avec vos nouvelles . ⚓️⛵️⛵️

    J'aime

  3. Salut à toute la famille.

    Je vous souhaite de passer de joyeuses fêtes et bonne année 2020 .

    Beaucoup de santé et de repos avec ceux que vous aimez.

    Isabelle

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s