Le Cap Vert, petit pays, je t’aime beaucoup đŸŽ¶đŸŽ”

Janvier 2021

Nous sommes heureux d’arriver au Cap Vert. La navigation pour s’y rendre a Ă©tĂ© trĂšs facile. Notre Ă©quipier Daniel Ă©tait mĂȘme déçu par le manque d’action de notre passage Canaries- Cap Vert😉

On nous accueille chaleureusement au quai de la marina de Mindelo, sur l’üle de Sao Vincente. On demande Ă  peine Ă  voir nos tests Covid lors de nos procĂ©dures d’entrĂ©e.

Nous avons choisi de nous installer Ă  quai pour faciliter le va et vient des Ă©quipages de Manawa et de notre catamaran. Nous sommes nombreux. Ce sera plus facile pour les approvisionnements et les visites. Cependant, les quais offrent peu de protection et les amarres sont grandement sollicitĂ©es. Les mouvements provoquĂ©s par le vent et les vagues amĂšnent un grand inconfort. Nous aurions Ă©tĂ© beaucoup plus confortables Ă  l’ancre, mais la zone de mouillage Ă©tait un peu plus Ă  l’écart et ça compliquait la logistique.

DĂšs les premiers jours, ce qui nous frappe le plus chez les Capverdiens, c’est leur gĂ©nĂ©rositĂ©. Ils veulent vraiment nous aider Ă  trouver ce dont nous avons besoin. Ils sont trĂšs avenants et on sent qu’ils le font par gentillesse sans nĂ©cessairement attendre quelques chose en retour. C’est un peuple qui a le cƓur sur la main et nous en garderons un excellent souvenir.

Nous irons manger à quelques reprises au Nautilus. La nourriture y est excellente, l’ambiance aussi. Le soir, des chanteurs offrent un spectacle. Cesaria Evora, qui est native du Cap Vert se produisait sur cette scùne autrefois.

Un soir, il y a un problĂšme avec tous les terminaux de paiement ainsi que les guichets automatiques. Le propriĂ©taire nous laisse quitter les lieux en nous demandant gentiment de repasser demain pour rĂ©gler la facture. J’ai du proposer de laisser une preuve d’identitĂ© et mon numĂ©ro de tĂ©lĂ©phone, mais il ne m’avait rien demandĂ© et nous faisait confiance.

La langue officielle du Cap Vert est le portugais. Les locaux parlent aussi crĂ©ole et le dialecte varie d’une Ăźle Ă  l’autre. À l’école, ils doivent choisir une langue seconde, la majoritĂ© choisit le français et les autres l’anglais. MĂȘme si notre portugais est dĂ©faillant, c’est avec Ă©tonnement que nous arriverons aisĂ©ment Ă  communiquer avec les capverdiens souvent en français et parfois en anglais.

Nous sommes heureux d’avoir fait beaucoup de rĂ©serves de produits non pĂ©rissables aux Canaries car ici l’offre est limitĂ©e. On doit faire plusieurs petits marchĂ©s pour rĂ©ussir Ă  combler nos besoins, surtout en produits frais pour la traversĂ©e Ă  venir. Mais ça fait partie de l’expĂ©rience et les habitants sont trĂšs gentils, alors on garde le sourire.

Nous prendrons une journĂ©e pour traverser avec le ferry vers l’üle de Sao Antao. Notre guide, Vitson, est trĂšs sympathique et disponible pour nous donner diverses informations. Attention cependant, les prix sont trĂšs flexibles disons et on s’est senti un peu arnaquĂ© par sa proposition de dĂ©part.

Notre sympathique guide Vitson
FB Vitour Randonné

Vitson nous avait Ă©tĂ© rĂ©fĂ©rĂ© par deux bateaux amis de navigateurs. Nous Ă©tions donc en confiance. AprĂšs un premier rdv pour qu’il nous propose ses suggestions, il doit nous recontacter pour fixer le tarif. Pour un groupe de 11 personnes, son offre initiale est passĂ©e de 11 550€ (oui, oui, vous avez bien lu !!!😬 forfait 3 jours- 2 nuits) Ă ……..230€ pour tout le groupe pour une journĂ©e comprenant toutes les activitĂ©s en condensĂ©. Soit je suis trĂšs bonne nĂ©gociatrice, soit un gars s’essaye!!!

On nous dit d’apporter une bouteille d’eau et de la crĂšme solaire. Finalement, c’est notre impermĂ©able qui nous aura Ă©tĂ© le plus utile. La journĂ©e est grise et trĂšs venteuse, Il pleuvra abondamment et Ă©tant trempĂ©s avec ce vent, on aura tous froid. Cependant, la magie opĂšre car la brume donne une impression particuliĂšre aux lieux. Les paysages sont Ă  couper le souffle. Ici, l’homme n’a pas dĂ©naturĂ© l’environnement. On sent que la nature a libre cours, qu’elle est respectĂ©e et c’est de toute beautĂ©!!!

En descendant du ferry, il y a des centaines de guides et de conducteurs touristiques qui attendent en espĂ©rant qu’il y aura des clients pour eux. Vitson nous attend comme promis. Malheureusement, seul un faible pourcentage de capverdiens repartira gagnant car la pandĂ©mie affecte Ă©normĂ©ment le tourisme et c’est trĂšs difficile pour eux Ă©conomiquement.

AprĂšs une superbe randonnĂ©e en montagne, nous irons dĂźner dans un petit restaurant familial oĂč l’on nous sert en accompagnement un excellent jus de mangues frais. WoW!!! Le bonheur !!! Et c’est sans oublier la dĂ©licieuse Cachupa, un plat traditionnel Ă  base de mais et de haricots. C’est un dĂ©licieux ragoĂ»t! On aimera tellement qu’avant notre dĂ©part, nous ferons prĂ©parer une commande pour apporter du restaurant Nautilus. Facile Ă  rĂ©chauffer en traversĂ©e! 😉 On fera aussi l’achat d’une huile/rhum pimentĂ©e. Papilles sensibles s’abstenir, c’est de la dynamite!!!😂

L’aprĂšs-midi nous permettra une balade dans une distillerie artisanale et la dĂ©couverte de l’Est de l’üle en minibus.

De retour Ă  Sao Vicente, quelques jours plus tard, nous irons faire un tour Ă  Sao Pedro, dans l’ouest de l’üle. Le pays est encore une fois magnifique. Des pĂȘcheurs ramĂšnent leur barque bondĂ©e de red Snapper. La plupart sont dans la vingtaine et trĂšs en forme. Ils s’entraident beaucoup pour beacher les barques sur la plage. On nous explique que la zone est maintenant un territoire protĂ©gĂ© pour les tortues et que les poissons sont pĂȘchĂ©s Ă  petite Ă©chelle . On tient Ă  conserver un Ă©quilibre entre les profits et le respect de la nature. C’est tout Ă  leur honneur!

Nous aurions souhaité visiter les autres ßles plus au sud, mais le Covid et le manque de temps compliquent les choses.

Fin des prĂ©paratifs. On rĂ©vise les sacs d’abandon, on finalise le menu et l’approvisionnement en nourriture. Et hop! Un petit tour dans le mĂąt avant le grand dĂ©part. On avait fait inspecter par un grĂ©eur professionnel avant notre dĂ©part de Canet en Roussillon, mais par mesure de sĂ©curitĂ©, on veut s’assurer que tout est en ordre avant la transat.

Nous sommes un peu bousculĂ©s par des impĂ©ratifs temporels de Manawa et des Ă©quipiers. Nous avons choisi de faire route ensemble, nous devançons donc notre dĂ©part, sachant que nous ne serons pas dans des conditions optimales et confortables les premiers jours de cette traversĂ©e. Il faut ce qu’il faut et it’s a go!!!

MalgrĂ© le vent omniprĂ©sent et l’inconfort de la place de quai, le Cap Vert nous a enchantĂ©. Au risque de me rĂ©pĂ©ter, c’est un peuple extrĂȘmement serviable et accueillant. On s’y est beaucoup plu et on se sent privilĂ©giĂ© d’avoir accĂšs Ă  de si beaux endroits dans notre parcours.

Maintenant, cap vers l’ouest, il faut traverser l’Atlantique ⛔

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s